La restauration rapide décriée pour ses tarifs élevés

Le 14/10/2014 à 07h36 - Actualité du fast food

D’après une étude Audirep initiée sur commande du cabinet Simon-Kucher & Partners, 30 % de la clientèle des enseignes de restauration rapide indiquent favoriser de moins en moins ces établissements à l’heure du déjeuner.  Ils estiment en effet que l’offre qui y est proposée est un peu chère.  
Le tarif moyen appliqué à une formule déjeuner à emporter est de 7,5 euros dans ces établissements. Or,  les personnes interrogées pensent que le prix raisonnable d’un menu composé d’un sandwich, d’une boisson et d’un dessert dans une sandwicherie devrait être de 6,5 euros. Dans un fast-food, ce prix "souhaité" passe à 6,3 euros.
Conclusion : le supermarché constitue désormais une solution de plus en plus appréciée à tel point que le secteur est en train de rattraper les boulangeries en matière de restauration.
Supermarché alternative fast food

Une fréquentation en baisse
Bien que le fast-food et la vente à emporter aient enregistré un meilleur résultat que la restauration traditionnelle à table en termes de chiffre d’affaires, ils ne sont pas à l’abri d’éventuels problèmes. En moyenne, 16 % des Français déjeunent en restauration rapide durant la semaine (9 % optent pour la vente à emporter tandis que 7 % privilégient la consommation sur place). McDonald’s demeure l’enseigne qui génère le plus d’affluence étant donné que sur les 12 derniers mois 59 % des consommateurs s’y rendent pour midi, du lundi au vendredi. Quant à Quick, il attire 28 % des consommateurs.
Or, 31 % et 38 % des clients de ces enseignes ainsi que ceux de KFC, Paul, Brioche Dorée, Subway et La Mie Câline font savoir qu’ils les fréquentent de moins en moins. La raison en est qu’ils surveillent drastiquement leurs budgets alors que les établissements de ces chaînes pratiquent des tarifs trop élevés par rapport à leur possibilité. D’une façon générale, plus de 40 % des consommateurs avouent insatisfait du rapport qualité/prix qu’ils découvrent. Selon David Vidal, directeur associé au cabinet Simon-Kucher & Partners, il est certes essentiel de mettre à la disposition de la clientèle une offre abordable en appliquant des petits prix. Cependant, si le rapport qualité-prix est absent, la fidélité ne sera pas non plus au rendez-vous.

Tarifs élevés et Nourriture déséquilibrée
Voici le classement des enseignes en fonction de la perception que les consommateurs ont d’eux : 65 % estiment que Paul est excessivement cher, 46 % juge les prix de Brioche Doré trop élevés, 38 % pensent la même chose de KFC, 36 % considèrent les tarifs de Subway comme inappropriés, 34 % sont persuadés que McDo ce n’est pas donné, 19 % ne sont pas contents de leur addition à La Mie Câline (en revanche 61 % trouvent les prix corrects et, pour 13 %, ils ne sont pas chers). Enfin, 17 % des sondés pensent que les prix de Quick ne sont pas justifiés. 
La hausse de la TVA dernièrement a eu un impact sur ces prix, ce qui n’est pas pour calmer les consommateurs. Car justement, 45 % des répondants confient avoir ressenti une inflation depuis le 1er janvier. Ils estiment d’ailleurs cette hausse à 4 %, soit, une croissance supérieure à celle de la TVA. Outre ces prix jugés élevés, les participants à l’enquête ont indiqué qu’un repas déséquilibré freine leur désir de se rendre dans les établissements de restauration rapide.