La viande de chez Quick est-elle halal ?

Le 11/12/2013 à 07h35 - Chaînes de fast food

Le marché du fast-food Halal en France a pendant longtemps été réservé aux Kebabs et autres sandwicheries diverses. Pour pallier à ce manque, de nombreux restaurants ont adapté leur menu en y ajoutant des plats ou des composants respectant les impératifs alimentaires de la religion musulmane. Les pizzerias se sont mises à utiliser des lardons ou du jambon de dinde, les autres sandwicheries ont peu à peu banni le porc de leurs étals, mais aucun restaurant de masse ne s'était vraiment lancé en proposant uniquement des produits Halal, pour s'adapter à la demande de plus en plus pressante de la jeune génération musulmane en matière de fast-food.
Quick viande halal
Constatant l'opportunité d'une large clientèle potentielle et d'un concept pouvant faire de nombreux adeptes, le géant belge du fast-food Quick s'est lancé depuis quelques temps sur le créneau du restaurant "100% Halal", en ouvrant des enseignes uniquement consacrées à ces produits. Mais une problématique se pose : est-ce réellement des produits Halal? Par qui sont-ils contrôlés? S'agit-il tout simplement d'un concept marketing pour satisfaire des clients qui n'avaient le choix qu'entre un Long Fish et un Filet-o-Fish jusqu'à maintenant? Ou est-ce une véritable démarche honnête pour s'adapter aux opinions et restrictions religieuses de chacun?
Tout d'abord, une petite explication s'impose : la viande est qualifiée d'Halal si elle suit certains impératifs du dhabiha ou rituel d'abattage, qui la rendent ainsi conforme aux impératifs alimentaires de l'Islam. Ainsi, la souffrance animale est proscrite, et les animaux ne doivent être tués que dans une démarche purement alimentaire, après une courte citation religieuse. Il est d'ailleurs important qu'ils soient saignés, car le sang pourrait véhiculer certaines maladies, et que l'opération soit courte et précise pour éviter d'engendrer une agonie trop longue pour la bête. Celle-ci est donc entaillée à la gorge lorsqu'elle est encore consciente. Les méthodes d'abattage impliquant du gaz, de l'électricité ou d'autres méthodes supposées étourdir l'animal sont bannies. 
Cependant, il n'existe pas de label ou d'appellation "Halal" contrôlée ou officielle en France, ce qui signifie dans les grandes lignes que tout le monde ou presque peut créer des produits et les étiqueter "Halal", sans devoir subir de contrôles très contraignants. Il est arrivé que l'on trouve dans des produits célèbres (et normalement adaptés aux restrictions alimentaires musulmanes) des traces plus ou moins flagrantes de viande de porc ou de dérivés porcins. De ce point de vue, il est donc difficile de reconnaître réellement les produits Halal, qui ne sont reconnus par aucune loi ou réglementation. Ce vide juridique permet donc de nombreux abus.
Pour ce qui est du fast-food, les géants du secteur ne se sont jamais réellement frotté à toute cette problématique avant que Quick ne mette les pieds dans le plat. En effet, les viandes de bœuf ou de poulet utilisées ne sont pas Halal, des aliments dérivés du porc étant également présents dans les cuisines, et les seuls produits éventuellement consommables par les musulmans étaient les fameux sandwiches au poisson (étant donné que les créatures marines ne sont pas sujettes au rituel de l'abattage).
Tout cela représentait un manque à gagner pour ces grandes chaînes, qui n'ont pas attendu que Quick se lance pour constater que la plus jeune génération musulmane, et donc une grande partie de leur clientèle potentielle, leur préférer les Kebabs ou les restaurants traditionnels. Mais le belge fut le premier a annoncé l'ouverture d'enseignes expérimentales (14 au total), seulement consacrés à la préparation de sandwichs adaptés aux préceptes alimentaires religieux des musulmans.
Il n'en fallait pas plus pour que Quick, sans même le vouloir, déclenche une polémique qui allait faire couler beaucoup d'encre. Les premières accusations de discrimination ne tardent pas, certains responsables politiques s'emparent de l'affaire, dénoncent un communautarisme dangereux et accusent Quick de ne vouloir favoriser qu'une seule partie minoritaire de la population au détriment d'une majorité, qui ne mangent pas forcément Halal.
Mais au-delà de la polémique, l'expérience est un véritable succès pour la chaîne européenne de fast-food : en termes de chiffres d'affaires, la fréquentation et les rentrées d'argent des restaurants concernées ont littéralement doublé, permettant de créer une vingtaine emplois supplémentaires par enseigne. Aujourd'hui, 25 restaurants complètement Halal sont ouverts, principalement ancrés dans des zones où l'on trouve également une forte communauté musulmane : Villeneuve-Saint-Georges, Chelles, La Courneuve, Montreuil, Saint-Ouen, Sevran, Garges-lès-Gonesse, ... L'activité supplémentaire générée par ces antennes a permit de créer environ 350 emplois au total.
Néanmoins, il est important de rappeler que toutes les enseignes Quick ne proposent pas que de la viande Halal. Celles qui n'ont pas été concernées par ce changement servent toujours de la bière, du bacon et autres produits Haram (non conformes à la pratique de la foi musulmane), ainsi que de la viande ordinaire. Le site officiel de Quick ne met d'ailleurs pas ces restaurants en avant : rien n'indique en effet que la marque propose des établissements ou tous les aliments respectent les obligations alimentaires de l'Islam, et il est presque impossible de trouver sur ce site une liste de ces restaurants, ou même de "Trouver son Quick" en cochant une simple case "Viande Halal".
Ceci dit, Quick a du apaiser les détracteurs de ses nouveaux restaurants un peu particuliers et mettre de l'eau dans son vin : il est désormais possible de trouver également un hamburger non-Halal dans ses enseignes particulières, mais il n'est pas préparé sur place, seulement réchauffé. Il est donc compréhensible que l'entreprise, après des polémiques vivaces et plusieurs petits sacrifices pour les clamer, souhaite "cacher" quelque peu ses établissements Halal.
Dans les faits, même si la vente de produits Halal a entraîné un regain certain d'intérêt, elle amène également de nombreuses obligations : tous les produits doivent être conformes, ou les cuisines doivent être séparées pour qu'il n'y ait pas contamination alimentaire possible entre les produits autorisés et interdits. Récemment, la direction de Mc Donald's France a reconnu qu'il était quasiment impossible d'éviter cette contagion dans des cuisines ou les filets de poissons côtoient de très près des tranches de bacon...
De plus, un organisme indépendant doit vérifier régulièrement que tous les aliments sont réellement Halal, et leur traçabilité doit donc être sans faille. Dans le cas de la viande destinée aux restaurants Quick, c'est la SFCVH (Société Française de Contrôle de la Viande Halal) affiliée à la Mosquée de Paris, mais aussi à celle d'Evry, qui se charge des expertises régulières. Cependant, cette société a un historique d'erreurs et de ratés plus ou moins graves : accréditation de saucisses à base de porc, ou de produits divers dans lequels des traces de produits porcins ont ensuite été retrouvées, ...
De nombreux soupçons pèsent encore sur la viande soi-disant Halal de Quick, qui n'a toujours pas pu démontré dans les faits que sa viande était vraiment conforme à l'alimentation des musulmans pratiquants. Au contraire, la firme semble s'intéresser à ce marché plus par appétit financier que par réel engagement religieux : le président de Quick dit "faire confiance à ses partenaires", mais reste tout de même évasif et mal à l'aise lorsque l'on interroge sur le sujet.
Les viandes destinées aux fast-food expérimentaux ont été pendant longtemps préparées par le groupe Socopa, une filiale du groupe Bigard, qui s'est retrouvé blacklisté par Casino et ses magasins pour ne pas avoir respecté les obligations du cahier des charges des viandes "Halal". Les aliments furent alors immédiatement retirés de la vente dans les rayons des supermarchés Casino, Leader Price ou Franprix, Socopa refusant de mettre en place des filières d'abattage Halal, comme promis au départ. Aujourd’hui, le groupe Quick est en rupture de contrat avec Socopa, mais rien ne dit que les nouveaux fournisseurs seront plus sérieux...
Malheureusement, même les entreprises les mieux intentionnées n'ont pas toujours les moyens financiers ou humains de contrôler avec exactitude, dans un laboratoire dédié, tous les produits transformés ou non qui passent entre leurs mains. Dans un reportage Spécial Investigation de Canal+, les journalistes mettaient d'ailleurs en garde les consommateurs des produits Halal sur la provenance de leurs aliments en affirmant que tout le monde peut, du jour au lendemain, mettre sur le marché des produits estampillés Halal (même si ces derniers sont à base de porc).
En conclusion, il est particulièrement difficile pour le moment de garantir certains produits comme étant Halal, le vide législatif aidant et amenant diverses erreurs, en plus des erreurs humaines ou autres arnaques. Il faudra attendre qu'une réglementation stricte soit créée, définissant des impératifs à respecter afin d'obtenir pour des aliments une véritable mention "Halal" officielle. Quick tire tout de même son épingle du jeu en ayant été le premier fast-food d'hamburgers à s'imposer sur un marché ou nul autre n'osait s'engouffrer, en proposant une offre qui a déjà séduit de nombreux consommateurs, qu'elle soit légitime ou non...

Articles recommandés

  1. Kebab Party débute sa grande aventure Kebab Party débute sa grande aventure
  2. Mezzo di pasta Mezzo di pasta
  3. Mc Donalds Mc Donalds
  4. La brioche dorée La brioche dorée