Mariage réussi entre luxe et fast food

Le 25/12/2013 à 07h49 - Actualité du fast food

A priori ces deux concepts sont inconciliables : l’un est synonyme de haute cuisine et de gastronomie, alors que l’autre est l’image même de la restauration grossière, à risque pour la santé sur le long terme et que l’on choisit par manque de temps ou par souci d’économie. Le fast-food se consomme à la hâte, histoire de se remplir le ventre entre deux rendez-vous. Pourtant, cette conception n’est plus d’actualité.
Fast food luxe

Le nouveau fast-food : une restauration responsable
Aujourd’hui, le fast-food se préoccupe du bien-être de sa clientèle, diversifie son offre, réactualise sa carte en fonction des saisons et des occasions (burger de Noël, pizza spéciale St Valentin…) et opte pour l’authenticité dans ses recettes. Si les fast-foods mettent un pied dans l’univers de la gastronomie de luxe, inversement les acteurs de la haute gastronomie s’aventurent dans le fast-food. Les deux mondes se rejoignent et font des adeptes ! Dans les années 90, la bistronomie tente avec succès le mariage de la cuisine de bistrot et de la gastronomie. Aujourd’hui c’est le fast-food qui se lance dans l’aventure. Le succès est également au rendez-vous !

Chefs et fast-food
Depuis quelques années maintenant, les chefs étoilés se lancent sur le créneau fast-food en imaginant des burgers gastronomiques, des pizzas aux recettes ultra-élaborées, des sandwiches aux compositions recherchées avec des mariages atypiques d’ingrédients. Certains ouvrent même des établissements fast-food chic.
Thierry Marx (qui préfère l’expression « cuisine nomade »), Marc Veyrat et son fast-food bio à Annecy baptisé Cozna Vera , Guy Martin et son enseigne Miyou, Alain Ducasse et son adresse Be et bien évidemment Paul Bocuse le pape de la gastronomie française avec son établissement Ouest Express… pour ne citer que les plus célèbres.
Certaines adresses n’ont pas fait long feu alors que d’autres continuent d’être opérationnels tels le Cozna Vera, le corner Miyou ou L’Ouest Express. Parallèlement, des restaurants gastronomiques proposent dans leurs cartes des produits typiques des fast-foods, mais dans une version raffinée et sophistiquée. C’est le cas Au Comptoir de Brice et son Burger du Comptoir ou son Croque Canard. On se souvient enfin de la soirée Fast Food & Black Tie organisé en 2009 au Plazza à Paris et qui a connu un franc succès à l’époque.

Les enseignes de restauration rapide s’approprient le luxe
Sushi Shop fait un tabac avec ses créations signées d’un grand chef. Chaque année, le bar à sushi recourt à un nouveau chef qui se charge de créer quelques pièces d’exception pour sa carte. En 2013, les chefs d’œuvre de Thierry Marx sont à l’honneur.
La Boîte à Pizza adopte le même principe avec sa gamme baptisée La Pizza Des Chefs et composée uniquement de pizzas créées par des chefs étoilés. Et d’une manière générale, on trouve de plus en plus dans les cartes des fast-foods des compositions à base de magret, foie gras, homard, veau, Noix de St Jaques et autres ingrédients nobles.

Des fast-foods haut de gamme
Certaines enseignes s’organisent en chaîne comme Bert’s, Class’Croute, Cojean ou encore Big Fernand. Outre ces chaînes, on trouve un peu partout en France des fast-foods huppés comme le Di Lusso à Aix en Provence. L’enseigne se présente comme un fournisseur de « chicfood », à savoir une restauration à service rapide, mais haut de gamme avec une offre de plats sains, bio et équilibrés, parfois sans gluten.  On peut également mentionner le spécialiste parisien du paninis chic à savoir le Pressing, À New York, le palace Le Parker Meridien abrite un fast-food proposant notamment des burgers.